Archives pour la catégorie Monde

Paul Walker était vivant après son accident

Le site TMZ a pu lire le certificat de décès de l’acteur de la série « Fast & Furious ». Paul Walker n’est as décédé sur le coup mais rapidement.paul wlaker

Le site TMZ a pu lire le certificat de décès de l’acteur de la série « Fast & Furious ». Paul Walker n’est pas décédé sur le coup mais rapidement.

Le site TMZ a révélé le contenu du certificat de décès de la star. Après autopsie ce document indique que l’acteur de 40 ans, a succombé à « des lésions traumatiques et thermiques ». Des conclusions qui font froid dans le dos car elles signifient qu’il n’est pas mort sous le choc de l’impact de la Porsche mais brûlé.

En revanche, le certificat de décès précise que Paul Walker est décédé très vite. Le conducteur de la voiture était son ami et pilote Roger Rodas. Leur voiture de course a percuté trois arbres et un lampadaire avant de brûler.

L’interprète en langue des signes était un imposteur

AFRIQUE DU SUD – L’interprète en langue des signes, omniprésent sur scène mardi durant la cérémonie au stade de Soweto, était un « fake » selon les autorités sud-africaines.

Barack Obama en compagnie du faux traducteur, mardi au stade de Soweto. 

Barack Obama en compagnie du faux traducteur, mardi au stade de Soweto. Photo : AFP

Il a été omniprésent sur scène lors de l’hommage officiel à Nelson Mandela mardià Soweto. Et pour cause : l’interprète en langue des signes a accompagné le cortège d’officiels qui se sont succédé au micro. Sauf que l’homme – dont on ignore pour l’instant le nom – était… un imposteur.

« Nous ne savons rien de lui »

Les inquiétudes ont débuté dès le début de la cérémonie quand, devant leur petit écran, des personnes sourdes ont constaté qu’ils ne comprenaient pas l’interprète censé traduire les discours en langue des signes. « C’est un imposteur », a déclaré la directrice de l’organisme du Cap « Education et développement de lalangue des signes », Cara Loening. « La communauté des sourds en Afrique du Sud est complètement outragée. » Selon un autre expert, un interprète officiel de la Fédération des sourds d’Afrique du Sud, Delphin Hlungwane : « Il gesticulait et bougeait juste ses mains dans tous les sens, il n’avait aucune grammaire, n’utilisait aucune structure, ne connaissait aucune règle de la langue. »

« Nous ne savons rien de lui, ni son nom »

Interrogé sur la possibilité que cet interprète ait utilisé une autre langue des signes que celle pratiquée en Afrique du Sud, Delphin Hlungwane a assuré que les téléspectateurs sourds des autres pays du monde n’avaient pas non plus compris les gestes de cet « interprète ».

Plus surprenant encore : personne ne sait pour l’instant qui est ce « fake ». « Les sourds d’Afrique du Sud ne le connaissent pas, et les interprètes non plus », a ajouté Delphin Hlungwane, précisant que cet interprète n’avait jamais travaillé auparavant pour aucune chaîne de télévision. « Nous ne savons rien de lui, ni son nom. Il est apparu à l’occasion de cet événement, on ne sait pas comment. » L’affaire a provoqué des remous mercredi en Afrique du Sud, et les services de communication du gouvernement ont promis une réponse. Cette dernière n’était toujours pas arrivée en début d’après-midi.

Paris rejette la demande d’asile de Snowden

DIPLOMATIE – Paris a rejeté ce jeudi la demande d’asile que lui a adressé l’auteur des révélations fracassantes sur l’espionnage américain, l’informaticien Edward Snowden, deux jours après avoir déclenché une crise diplomatique avec la Bolivie.

Edward Snowden.

Edward Snowden.

Une manière de clore la polémique. Jusqu’au couac diplomatique avec la Bolivie, Paris s’était montré prudent sur le dossier Snowden, François Hollande se contentant mardi d’indiquer qu’aucune demande officielle d’asile n’avait été adressée par l’informaticien américain.
Depuis, la crise avec La Paz a enflé.

Les portes se referment pour Snowden

De retour dans son pays, le président bolivien, a qui on a refusé le survol de l’espace aérien français mardi soir de peur que son avion ne transporte l’auteur des révélations sur l’espionnage américain, a ainsi estimé ce jeudi « insuffisantes » les excuses que lui ont adressées les pays européens, dont la France. Depuis, surtout, Paris a reçu la demande d’asile d’Edward Snowden, transmise par son ambassade à Moscou, et l’a rejetée, a annoncé ce jeudi le ministère de l’Intérieur.

Une décision sans surprise au regard de l’interdiction de survol adressée à l’appareil bolivien, qualifiée d' »asservissement » de la France aux intérêts américains par le parti de Gauche et le FN. Reste maintenant au consultant de l’Agence américaine de sécurité nationale à trouver l’Etat susceptible de l’accueillir, avec la garantie de ne pas être extradé vers son pays d’origine, alors même que plusieurs pays ont rejeté sa demande.

D’après MetroNews

Nelson Mandela serait dans un état végétatif

AFRIQUE DU SUD – D’après un document présenté par la famille Mandela à un tribunal, le héros de la lutte anti-apartheid est « dans un état végétatif permanent ». Il aurait même été question de débrancher la machine qui lui fournit son oxygène.

Nelson Mandela

L es Sud-Africains aimeraient que Nelson Mandela, leur héros,  puisse s’en aller en paix .

« Critique mais stable ». C’est la formule désormais consacrée, encore utilisée jeudi, par la présidence sud-africaine pour décrire l’état de santé de Nelson Mandela, hospitalisé depuis le 8 juin. Un de ses vieux amis, Denis Goldberg, assure quant à lui l’avoir vu lundi « sans aucun doute très malade » mais « conscient ». « Il a même essayé de bouger ses yeux et sa bouche quand je lui ai parlé », a-t-il raconté. Ce n’est pourtant pas ce qu’indique un document présenté par la famille Mandela à un tribunal la semaine dernière.

D’après ce texte daté du 26 juin, le prix Nobel 1993 « est dans un état végétatif permanent et sous assistance respiratoire pour survivre ». En clair, il n’aurait plus d’activité consciente décelable. « L’état de santé de M. Nelson Mandela a empiré et les médecins ont conseillé à la famille Mandela de débrancher la machine (…) la famille Mandela envisage cette option comme étant très probable », indique le document.

La famille Mandela se déchire autour des sépultures

Le document s’achève par les mots : « Ils attendent d’enterrer leur père et grand-père ». Il a été présenté au tribunal de Mthatha (sud du pays) pour soutenir une plainte déposée par une partie de la famille pour obtenir le rapatriement des corps de trois des enfants de Nelson Mandela dans le village de Qunu (sud), où le héros de la lutte anti-apartheid souhaite être enterré. Sur la base de cette plainte, la justice a ordonné mercredi à l’aîné des petits-fils de Mandela, Mandla, de ramener les dépouilles de son père, sa tante et son oncle à Qunu. Les trois corps ont donc été exhumés mercredi soir et remis en terre le lendemain.

En tant qu’aîné des garçons, Mandla, 39 ans, a le statut de chef traditionnel à Mvezo, où il envisage de créer un grand site touristique autour de la mémoire de son aïeul. C’est lui qui y avait unilatéralement transféré en 2011 les trois corps. N’ayant pas apprécié la procédure judiciaire, il a tenu jeudi une conférence de presse, rediffusée en direct dans tout le pays, pour régler ses comptes, n’hésitant pas à révéler des secrets d’alcôve. Il a ainsi accusé, entre autres, sa tante Makaziwe « de semer la division dans la famille ». Un déballage public que ne goûtent guère les Sud-Africains, qui aimeraient que leur héros puisse s’en aller en paix.

D’après MetroNews

L’ultimatum de l’armée à Morsi

CONTESTATION – Alors que l’ultimatum des manifestants réclamant le départ du président égyptien expire mardi, l’armée a donné 48 heures aux forces politiques pour résoudre la crise.

Egypte

Au lendemain des manifestations monstres anti-Morsi dans toute l’Egypte, des contestataires sont revenus lundi place Tahrir, au Caire.

Comme à chaque poussée de fièvre, l’Egypte se tourne vers son armée. Un an après son arrivée au pouvoir, des millions d’opposants sont descendus dimanche dans la rue pour exiger le départ du premier président démocratiquement élu du pays, Mohamed Morsi. L’ultimatum était fixé à mardi.

Pour l’armée, traditionnelle garante de la stabilité de l’Egypte, il y avait urgence. Les manifestations de rue ont déjà fait 16 morts dans tout le pays, dont huit dans des affrontements entre pro et anti-Morsi au Caire. Lundi, le commandement de l’armée égyptienne s’est donc exprimé à la télévision, demandant que « les revendications du peuple soient satisfaites ». Or la seule demande des manifestants, c’est une élection présidentielle anticipée. Et de fixer à son tour un ultimatum : 48 heures. Faute de quoi, l’armée annoncera « une feuille de route et des mesures pour superviser leur mise en oeuvre ».

« L’armée s’est rangée au côté du peuple »

Place Tahrir, lieu central de la contestation au Caire, la prise de position des militaires a été accueillie par une explosion de joie. « L’armée s’est rangée au côté du peuple », s’est félicité le mouvement Tamarrod (rébellion en arabe), à l’origine de la contestation. Ses membres accusent Morsi de gouverner au seul profit de sa formation islamiste d’origine, les Frères musulmans, et de vouloir installer un système autoritaire. C’est aussi plus largement 
l’échec du président à améliorer le quotidien des Egyptiens que signe leur colère. Plus de deux ans après la chute du régime Moubarak, le chômage n’a cessé de grimper (plus de13% aujourd’hui, contre 9% avant la révolution de 2011), de même que les prix, et la population vit au rythme des coupures de courant et des pénuries d’essence.

Pas sûr néanmoins que leur vie s’arrange avec le retour de l’armée en première ligne. Après la chute de Moubarak, c’est déjà elle qui avait repris la main sur le pays. Elle avait alors aussi échoué à placer le pays sur le chemin du redressement. Et les opposants qui, aujourd’hui, en appellent à elle, fustigeaient à l’époque son autoritarisme.

D’après MetroNews

Banque du Vatican : 3 arrestations dont un prélat

PAPAUTÉ – Un prélat, un membre des services secrets italiens et un intermédiaire financier ont été arrêtés vendredi dans le cadre d’une enquête de la justice italienne sur l’Institut des oeuvres de religion (IOR), la banque du Vatican.

Vatican

Le IOR gère 19.000 comptes appartenant en majorité au clergé catholique.

Le ménage a commencé dans les institutions du Vatican. Un prélat, un membre des services secrets italiens et un intermédiaire financier ont été arrêtés vendredi dans le cadre d’une enquête de la justice italienne sur l’Institut des oeuvres de religion (IOR), la banque du Vatican, ont annoncé les médias italiens.

Contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps, le prélat arrêté, Mgr Nunzio Scarano, n’est pas l’évêque de Salerne (sud de l’Italie) mais un prêtre appelé « monseigneur », titre honorifique donné simplement en raison de son ancienneté au Saint-Siège, a précisé le conseiller en communication du Vatican. Le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a indiqué que le prélat, membre de l’Administration du patrimoine du siège apostolique(APSA), l’organisme qui gère les biens du Vatican, avait été suspendu « depuis environ un mois, quand ses supérieurs ont su qu’il était sous enquête ».

Soupçons de fraude et corruption

Les trois arrestations ont eu lieu pour des soupçons de fraude et de corruption, dans le cadre d’un volet indépendant d’une vaste enquête lancée par la justice italienne en septembre 2010 qui visait le président de l’IOR Ettore, Gotti Tedeschi, et le directeur général Paolo Cipriani de l’époque pour violation de la législation contre le blanchiment d’argent. Ce volet porte sur le rapatriement en Italie de 20 millions d’euros en espèces depuis la Suisse, indiquent les médias italiens. L’argent appartiendrait à des amis de Mgr Scarano et le fonctionnaire du contre-espionnage italien arrêté se serait engagé à faire rentrer l’argent en Italie à bord d’un avion privé, moyennant une récompense de 400.000 euros, selon la même source.

Le IOR gère 19.000 comptes appartenant en majorité au clergé catholique, soit environ 7 milliards d’euros, et donc aussi bien ceux de la soeur philippine qui fait ses études à Rome que des évêques et cardinaux ou de certains diplomates, ainsi que les transferts d’argent des congrégations religieuses. Au fil des ans, des scandales retentissants ont entaché sa réputation, des milieux criminels ayant profité de l’anonymat ou de prête-noms pour y blanchir leurs fonds. Le plus important avait été en 1982 la faillite du Banco Ambrosiano, un scandale bancaire qui mêlait CIA et loge maçonnique. L’affaire Enimont (1993) de pots-de-vins à des partis politiques italiens a aussi éclaboussé l’IOR et plus récemment, le tribunal de Rome a détecté des cas de blanchiment d’argent mafieux à travers les arcanes de la banque.

Le nouveau président du IOR, l’Allemand Ernst von Freyberg, nommé quelques jours avant la démission de l’ancien pape Benoît XVI, a entrepris de faire vérifier un par un les comptes du IOR par l’Agence américaine de consultants financiers Promontory. Ces dernières années, le Vatican a renforcé à plusieurs reprises les mécanismes de contrôle du IOR. Le dernier en date a été créé il y a deux jours par le pape François sous la forme d’une commission spéciale ne répondant qu’à lui, pour contrôler les activités du IOR.

D’après MetroNews

Une vidéo pédopornographique dans sa cellule

BELGIQUE – Marc Dutroux, condamné à la perpétuité pour viols et meurtres, fait encore parler de lui alors qu’une cassette vidéo à caractère pédopornographique aurait été découverte dans sa cellule de la prison de Nivelles.

Marc Dutroux a été condamné à la prison à perpétuité en 2004 pour viols et meurtres sur mineures.

Marc Dutroux a été condamné à la prison à perpétuité en 2004 pour viols et meurtres sur mineures.

Sordide découverte dans la cellule de Marc Dutroux la semaine dernière. Lors d’une banale fouille de sa cellule, les gardiens de la prison de Nivelles (Belgique) aurait découvert une cassette VHS. A priori, il s’agirait d’un simple documentaire culturel mais au milieu auraient été intercalées des images explicites d’enfants en tenue légère. Selon plusieurs journaux du groupe belge Sud Presse, cette cassette vidéo serait arrivée dans la geôle de Marc Dutroux grâce à une complicité extérieure. Conséquence : toutes ses cassettes auraient été saisies et seraient en cours d’analyses par les services spécialisés de la police judiciaire fédérale belge. A noter que Marc Dutroux dispose dans sa cellule d’un magnétoscope, d’un lecteur DVD et d’une console de jeu.

Le parquet dément

Vendredi matin, le parquet de Nivelles a démenti la présence d’une VHS à caractère pédopornographique dans la cellule de Marc Dutroux. Selon le procureur du Roi, Jean-Claude Elslander, « beaucoup de nuances sont à apporter aux informations du groupe Sud Presse ». La VHS serait en fait un reportage où apparaît une jeune fille en maillot de bain. « Rien de répréhensible », précise le parquet.

S’il y a donc bien eu une fouille dans la cellule de Marc Dutroux, pas de confirmation en revanche sur la présence d’une telle cassette vidéo. Pourtant, en 2005, des images d’enfants avaient bien été découvertes sur son ordinateur. Des photos de ses propres victimes copiées sur un DVD. L’information n’avait été rendue publique que quatre ans plus tard. L’homme de 56 ans purge depuis 2004 une peine de prison à perpétuité pour le viol de six jeunes filles et le meurtre de quatre d’entre elles dans les années 90. Il a demandé à plusieurs reprises sa liberté conditionnelle, en vain. Seule sa femme, condamnée à l’époque pour complicité, a été relâchée et vit désormais dans un couvent.

D’après MetroNews

Kevin Rudd redevient Premier ministre

MONDE – Trois ans après avoir été délogé par Julia Gillard, Kevin Rudd lui a repris jeudi le poste de Premier ministre.

Australie

Trois ans après qu’elle lui a ravi la place, Kevin Rudd a repris le poste de Premier ministre d’Australie à Julia Gillard.

Entre ces deux-là, c’est une valse à mille temps. Julia Gillard et Kevin Rudd, tous deux travaillistes, se succèdent depuis cinq ans à la tête du pays, au fil de « putschs » démocratiques qu’ils mènent alternativement au sein de leur camp. Trois ans après avoir été délogé par Julia Gillard, Kevin Rudd lui a ainsi repris jeudi le poste de Premier ministre.

Kevin Rudd avait déjà occupé la place de 2007 à 2010, lui qui avait ramené les travaillistes aux affaires après onze ans de pouvoir conservateur. Julia Gillard était alors membre de son gouvernement. Mais les maladresses et l’autoritarisme du Premier ministre avaient provoqué un putsch interne au parti. Il était alors lui-même devenu ministre dans le gouvernement de Julia Gillard, jusqu’à son départ en 2012 suite à l’échec d’un premier vote de confiance qu’il avait convoqué à l’encontre de celle-ci. Après une nouvelle tentative en mars, la troisième aura donc été la bonne mercredi.

Attaques misogynes contre Julia Gillard

Première femme à la tête d’un gouvernement de l’histoire de l’Australie, Julia Gillard n’aura pas échappé aux attaques sexistes et mysogines du camp conservateur. Auxquelles la combative rétorquait sans mâcher ses mots, souvent avec une froide ironie. En octobre 2012, lors d’une tirade devant le Parlement devenue fameuse, elle avait vertement tancé à ce sujet le chef de l’opposition Tony Abbott. A d’autres occasions, elle n’a pas hésité à qualifier ce dernier de « larve pleurnicharde » et son collègue du Parti libéral Christopher Pyne de « caniche apprêté ».

Bien qu’elle ait tenté d’adoucir son image – par exemple en tricotant récemment un kangourou pour le bébé de Kate et William, Julia Gillard n’est jamais parvenue à être populaire. Elle a notamment essuyé de féroces critiques de la part des industriels miniers, auxquels elle avait imposé le paiement d’une taxe carbone et d’une taxe sur les bénéfices. Dernièrement, sa formation s’inquiétait des sondages accablants qui donnent les travaillistes largement perdants lors des élections du 14 septembre si le parti était mené par elle. Selon ces enquêtes, Kevin Rudd serait mieux à même de séduire les électeurs, et son arrivée à la tête du parti et du gouvernement pourrait donner une impulsion aux travaillistes. Pour surfer sur la vague actuelle, il pourrait d’ailleurs avancer la date des élections d’un mois.

D’après MetroNews

Les Etats-Unis peuvent ils coincer Snowden

INTERNATIONAL – Le président américain Barack Obama a assuré ne pas avoir l’intention d’intercepter l’avion de l’informaticien, recherché par les Etats-Unis pour espionnage. Sauf que dans les faits, Washington a verrouillé toutes les issues diplomatiques.

Washington ne cesse de réclamer l'arrestation et l'extradition d'Edward Snowden depuis qu'il est arrivé à Moscou.

Washington ne cesse de réclamer l’arrestation et l’extradition d’Edward Snowden depuis qu’il est arrivé à Moscou.

Après cinq jours d’escale à Moscou, Edward Snowden doit commencer à trouver le temps long. L’ex-consultant de la NSA, soupçonné d’espionnage par les Etats-Unis, est actuellement au cœur d’un imbroglio diplomatique. La Havane, Caracas ou Quito ont été un temps évoquées comme point de chute pour le « lanceur d’alerte ». Mais tout porte à croire qu’il va devoir poser ses valises plus longtemps que prévu dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetievo.

« Je ne vais pas envoyer des avions pour attraper un pirate informatique de 29 ans », a assuré ce jeudi Barack Obama, lors d’une visite à Dakar. Le président américain cherche à calmer le jeu après plusieurs jours aux faux airs de guerre froide. Mais force est de constater que Washington a cloué au sol le jeune homme. Son passeport a été annulé par les Etats-Unis, et il « n’a pas de papiers valables. Pour cette raison, il ne peut aller ni à Cuba, ni où que ce soit », a affirmé jeudi une source proche de dossier, citée par l’agence publique Ria-Novosti. Sans parler des rumeurs selon lesquelles Washington pourrait ordonner d’intercepter son avion lors du passage dans l’espace aérien américain… Comme le relève le quotidien russe Védomosti, « de nombreux pays dans le monde ont peur d’une confrontation avec les Etats-Unis. » Surtout que l’administration Obama ne semble pas prête à lâcher prise.

« Plus vite Snowden choisira sa destination finale, mieux ce sera »

Washington ne cesse en effet de réclamer l’arrestation et l’extradition d’Edward Snowden depuis qu’il est arrivé à Moscou dimanche en provenance de Hong Kong – selon la version officielle russe – et menacent la Russie et la Chine de répercussions dans leurs relations avec Washington. L’informaticien américain, qui s’était réfugié à Hong Kong en mai avant de faire ses révélations fracassantes, encourt 30 ans de prison dans son pays où il est inculpé d' »espionnage ». La Maison Blanche a assuré mercredi que les responsables américains avaient des « discussions avec des responsables du gouvernement russe », et espéraient toujours un retour au bercail. Faux, à en croire Moscou.

Edward Snowden est « un homme libre. Plus vite il choisira sa destination finale, mieux ce sera, et pour nous et pour lui », a assuré pour sa part le président russe Vladimir Poutine, lors d’une visite en Finlande mardi. Il « a le droit de partir où il veut, dans n’importe quelle direction (…). Nous n’avons rien à lui reprocher du point de vue juridique », a déclaré de son côté le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov.

En attendant que Moscou et Washington accordent leur violon, l’homme invisible regarde passer les avions. « Snowden laisse partir un nouveau vol pour Cuba », a annoncé la télévision publique russe, après le départ jeudi d’un nouveau vol, alors que le jeune homme était censé prendre l’avion pour La Havane lundi. Qu’il se rassure : un prochain courrier est prévu ce samedi.

D’après MetroNews

Après le printemps Arabe, le printemps Chilien

INTERNATIONAL – Les étudiants chiliens ont radicalisé mercredi leur mouvement de protestation pour réclamer une profonde réforme de l’enseignement. A l’approche de la présidentielle, le « printemps chilien », né il y a deux ans, s’intensifie.

Manifestations au Chili

Les manifestations se terminent parfois en affrontement avec les forces de l’ordre.

Le printemps chilien ne s’essouffle pas. Voilà deux ans que les étudiants manifestent dans les rues pour réclamer un nouveau système éducatif. Ignoré de ce côté-ci de l’Atlantique, le mouvement rassemble pourtant des centaines de milliers de personnes et s’est intensifié ces derniers jours. La présidentielle de novembre approche. Et alors que la primaire doit se tenir ce dimanche, 100 000 personnes ont encore défilé dans les rues de Santiago mercredi, allant jusqu’à défier des forces de l’ordre qui répriment le mouvement à renfort de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

Cela fait bientôt 25 ans que la dictature a pris fin au Chili. Mais d’Augusto Pinochet, le gouvernement a gardé son système éducatif, archaïque et élitiste, dénoncé par la population. Et pour cause. L’éducation chilienne aujourd’hui est la plus chère du monde, selon l’OCDE. En moyenne, un étudiant doit payer 3000 euros pour une année d’études, un somme que la plupart des jeunes ne peuvent pas s’offrir.

Le come-back de Michelle Bachelet

L’autre grief porte sur les universités, dont le fonctionnement favorise les plus aisés. Augmentant leurs tarifs, faisant grimper les enchères entre elles, elles permettent aux étudiants les plus riches seulement de se payer un diplôme et une place dans la société. Le coup de trop fut la nomination, en 2011, d’un homme d’affaires à la tête de la plus importante université chilienne. Ce fut le début des « marchas », avec une revendication : « gratuité et qualité » pour un nouveau système éducatif.

Deux ans plus tard, la protestation dépasse largement le milieu étudiant et rassemble aujourd’hui un grand nombre de travailleurs qui veulent crier leur ras-le-bol au gouvernement. Le président Sebastian Piñera a bien essayé de calmer le jeu en proposant des crédits à des taux plus avantageux pour les jeunes, en vain. Les espoirs des étudiants reposent aujourd’hui sur le retour au pouvoir de l’ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet. Une promesse l’a propulsée en tête des intentions de vote : en cas de victoire, les six ans d’études universitaires seraient financées par l’Etat.